Impact de la méthanisation sur le trafic routier

National 12 DÉCEMBRE 2022

Un retour d'expérience sur l'évolution du trafic routier autour de deux unités de méthanisation agricoles situées en Seine-et-Marne et représentatives de la filière.

Découvrez les résultats de cette étude.

L'implantation d'une installation de méthanisation agricole, le plus souvent en milieu rural, suscite de manière quasi-systématique des interrogations au sein de la population locale. Le souci de préserver leur cadre de vie poussent les habitants à s'interroger sur les éventuelles nuisances qui pourraient être générées par l'exploitation du méthaniseur. La crainte d'un accroissement du trafic routier et des nuisances associées (bruit, pollution de l'air, dégradation des routes et insécurité) est une inquiétude régulièrement partagée dans les débats locaux. 

GRDF a diligenté le bureau d'étude et de conseil CD Via, spécialisé dans les études de mobilité, pour établir un retour d'expérience sur l'évolution du trafic routier autour de deux unités de méthanisation agricoles situées en Seine-et-Marne, et représentatives de la filière. 

Cette étude a été réalisée en coopération avec les exploitants des sites de méthanisation étudiés dont les infrastructures fonctionnent depuis plus de trois ans. 

Découvrez les résultats de cette étude : 

Méthodologie d'étude 

Pour apprécier l'impact de l'exploitation d'une installation de méthanisation sur le trafic routier il est important de comparer les situations avant et après la mise en service du méthaniseur, lors de différentes périodes clefs. 

Un état des lieux initial de la circulation a pu être réalisé grâce aux données accessibles en ligne. Des dispositifs de comptages (caméras et radars) ont aussi été placés autour des sites, à des endroits clefs du trafic, pendant la période d'ensilage. Les données collectées ont permis de déterminer l'état initial du trafic, c'est-à-dire avant la mise en service des méthaniseurs. 

Des entretiens complémentaires ont été réalisés avec les exploitants pour connaitre le type et le nombre de véhicule utilisé, les itinéraires empruntés ainsi que les périodes et les tonnages transportés pour chaque type d'intrants (agricole mais aussi les apports ponctuels des industries agro-alimentaires). Couplés à la campagne de comptage et sur la base de paramètres permettant de couvrir l'activité à un pas de temps annuel, l'étude permet de quantifier l'impact réel des unités de méthanisation étudiées sur le trafic routier local

La méthanisation, un impact modéré et très ponctuel dans le temps 

L'analyse des données permet d'établir un graphique représentant le trafic généré par une installation de méthanisation agricole au cours de l'année.  

Le trafic est négligeable 93 % de l'année

L'approvisionnement du méthaniseur en intrants et l'acheminement des digestats vers les zones d'épandage génère un trafic faible à négligeable : 1 poids lourd tous les deux jours hors période de récolte, et entre 40 et 100 poids lourds par jour pendant une dizaine de jours non consécutifs. 

Comparativement à d'autres types d'activités, l'impact des chantiers agricoles reste modéré : une zone logistique génère plusieurs centaines de poids lourds par jour toute l'année. 

Recommandations à l'attention des (futurs) exploitants 

Rappelons que l'exploitant de l'unité de méthanisation est responsable de la bonne gestion des flux induits par son activité, de la sécurité routière aux abords du site, du respect des émissions sonores et des horaires de passage des convois. 

Pour limiter au maximum les nuisances liées à la circulation des poids lourds lors des périodes d'épandage et d'ensilage, le bureau d'étude CD Via suggère plusieurs mesures, à adapter au projet, au contexte territorial et aux moyens à disposition, tout en respectant les réglementations : 

  • Optimiser son itinéraire en privilégiant la circulation sur des chemins privés et ruraux, de manière à limiter le passage sur les voies publiques fréquentées 
  • Goudronner l'accès au site pour réduire le bruit et la poussière soulevée 
  • Optimiser l'organisation des flux : les livraisons d'intrants et les rotations des poids lourds peuvent être organisés en journée, en dehors des heures de pointes 
  • Optimiser son parc de véhicules, en privilégiant, dans le respect de la règlementation, les engins de grande capacité pour limiter le nombre de rotations 
  • Optimiser le transport des effluents et du digestat : privilégier, lorsque cela est possible, l'utilisation de canalisations enterrées pour acheminer certains effluents liquides vers le méthaniseur ou du digestat vers les surfaces agricoles

Nos articles sur le même thème

National
Réduire la dépendance électrique d'une unité de production de biométhane

Retrouvez toutes les informations échangées lors du webinaire organisé par GRDF, avec l'intervention de trois experts du sujet

National
Podcasts sur le Biométhane par La France Agricole

Découvrez une série de 8 podcasts de la France Agricole En collaboration avec GRDF intitulée « Les voix de la métha, avec ceux qui font le biométhane ».

Concrétisons votre projet de méthanisation agricole

Concrétisons votre projet de méthanisation agricole